top of page

Quelles sont les herbes non toxiques pour cochons d'inde ?




Avec l'été qui approche, nous verrons progressivement nos terrains se garnir de différentes herbes toutes des plus appétissantes les unes que les autres. Mais, on se pose alors souvent la question : quelles sont les bonnes fleurs et les herbes toxiques pour nos cochons d'Inde ? Nous avons hâte de pouvoir les laisser grignoter librement sur le terrain... mais est-ce une bonne chose où il y a un risque ?


Un mot sur les graminées

Tout d'abord, inutile de le répéter, le cochon d'Inde est un herbivore. On dira souvent "herbivore strict" qui signifie simplement que son alimentation est composée d'herbes ou de végétaux. Il n'a pas besoin de grain et encore moins de viande. Cela dit, il mange des fruits et des légumes. Mais revenons aux herbes. L'alimentation principale des petits rongeurs est composée de graminées, c'est-à-dire des herbes à feuille étroites, dont les nervures sont parallèles. On pense alors à la Fléole des prés, communément appelé du mil ou Tomothy en anglais. C'est ce qui compose aussi majoritairement le foin qu'on donne aux animaux. On pourra aussi trouver d'autres graminées comme le brome, le dactyle qui sont les plus cultivées dans nos prairies, car elles comportent de bonnes valeurs nutritives pour le bétail. 

 

Le foin au Québec

Lorsque les prairies sont un peu plus vieilles en âge (plus de 4 ans), on retrouve souvent du chiendent et autres graminées, non toxiques, mais moins nutritifs que les premières nommées. Les graminées sont des vivaces, elles poussent donc chaque année sans besoin de les semer à nouveau. Elles poussent bien en début de saison et c'est pourquoi on les récolte majoritairement en juin au Québec, lors de la première coupe. Au Québec, selon les régions, nous pouvons avoir 2 à 3 coupes de foin. 

En général, le regain des graminées n'est pas optimal. C'est à dire que, contrairement à notre gazon, qui repousse facilement après la tonte, les graminées elles sont moins présentes et ce sont d'autre type de plantes qu'on appelle légumineuses (trèfles, luzernes) qui prennent le relais. C'est pour cela qu'un foin de deuxième coupe, en juillet au Québec, sera majoritairement composé de légumineuses. Les légumineuses sont moins présentes dans la première coupe, car les graminées poussent plus vite et prennent l'espace au soleil. Mais une fois la première fauche faite, la légumineuse reprend ses droits et est plus abondante. 

Certaines régions du Québec ont 3 coupes de foin. Cette troisième coupe est alors presque uniquement composée de légumineuse. C'est plutôt rare de voir ce type de foin récolté en balle de foin sec. La récolte de cette plante et les pratiques d'entreposage suggèrent plutôt de l'ensilage, car les légumineuses contiennent plus d'eau et sont plus difficiles à faire sécher. L'ensilage permet d'entreposer plus rapidement la plante pour conserver toutes ses propriétés pour l'alimentation du bétail. 

 

Mais alors, pour les fleurs et herbes sauvages, on fait quoi ?

Il est important de se renseigner sur les herbes et fleurs comestibles. Sur nos pelouses, on ne laissera pas nos cochons sur un terrain qui a été traité aux herbicides. Cela dit, ce qu'on trouve dans les pelouses au Québec (les terrains en fait laissés plutôt naturels) n'est pas toxique pour nos animaux. Nous n'avons pas besoin d'avoir peur de les laisser manger de l'herbe. Sachez cependant que c'est l'introduction aux herbes fraîches qui peut être problématique. En effet, lors de la première introduction, assurez-vous que votre animal a déjà mangé un peu de foin sec et laissez-le 20 minutes brouter une première fois et augmentez graduellement. Surveillez les selles. Elles peuvent être un peu plus odorantes et un peu plus molles au début avec ce changement d'alimentation. Mais pour ce qui est du danger, soyez sans crainte. Même s'il y a un peu de trèfle sur votre terrain, ce n'est pas grave. Assurez-vous surtout de ne pas le laisser trop longtemps et de varier les endroits. Les fleurs comme le pissenlit, le plantain, les marguerites et autres fleurs sauvages sont inoffensives. Laissez votre animal choisir. Quant au gazon, il est inoffensif, mais ce n’est pas un aliment qui apporte une grande valeur nutritive. Le gazon, ce n’est pas une herbe destinée à l’alimentation, ce n’est pas dans la même catégorie que les graminées, même si ça se ressemble. Les graminées ont été sélectionnées pour leurs propriétés nutritives et leur rendement fourrager alors que le gazon a été sélectionné pour sa facilité d’entretien, son aspect décoratif et sa tolérance à la fauche répétitive (vous n'avez qu’à penser au club de golf !). 

 

Références

Vous pouvez aussi consulter ces articles qui donnent un bon aperçu des fleurs, herbes, fruits et légumes comestibles pour lapins et cochons d'Inde. Sachez cependant que ces articles et références sont français (Européens). Toutes les fleurs ne sont pas nommées et ici au Québec, nous en avons plusieurs autres. Les références pour les fleurs comestibles sauvages des forêts boréales et québécoises pourraient être de bonnes références pour notre réalité. La règle à respecter c'est toujours d'introduire doucement un aliment nouveau. Il est possible d’effectuer des recherches sur les fleurs ou herbes sauvages. Méfiez-vous des sites qui ne font que lister le « permis » ou le « interdits » sans expliquer pourquoi... Il y a beaucoup de légendes urbaines dans le cas de l'alimentation florale, médicinale et autres. Il nous faut plusieurs sources en général pour avoir la bonne information et peser le pour et le contre.

Alors à tous, je vous souhaite une bonne récolte, n'hésitez pas à me partager vos trouvailles ou me poser vos questions, nous essaierons de trouver la réponse ensemble ! 

Suggestion de lecture (je ne peux garantir la véracité de l'information décrite sur ces sites, mais ils sont beaucoup consultés par la communauté des propriétaires de cochons d'Inde)

Véronique Gagnon, agr.


Partager cet article:




Comments


bottom of page